Publié : Posted: Dec 21, 2018

VISITE DU CHANTIER DU COMPLEXE SPORTIF D’OLEMBE A YAOUNDE PAR LES ELEVES ARCHITECTES DE L’ECOLE SUPERIEURE SPECIALE D’ARCHITECTURE DU CAMEROUN (ESSACA), LE 06 DECEMBRE 2018

Dans le sens de l’éveil de ses étudiants en matière d’aménagement du territoire et d’équipements publics, l’ESSACA a tenu à ce qu’ils puissent découvrir de près, ainsi que leurs enseignants et encadreurs, l’ampleur de l’œuvre architecturale qu’est le Complexe Sportif d’Olembe à Yaoundé. La visite a été programmée jeudi le 06 décembre 2018 de 16h à 18h. Dès l’arrivée de la délégation de l’ESSACA, celle-ci a été orientée vers l’administration du Complexe où elle a été reçue par l’ingénieur référant en architecture, Madame DOMFACK Nadège, qui a fait un résumé de l’historique du projet et un point sur les travaux en cours. L’arrivée du Chef de mission Luc SIPOWO, a lancé le démarrage effectif de la visite. Notons que l’état camerounais, pour se rassurer de la qualité des travaux, a engagé EGIS qui est son assistant en maîtrise d’ouvrage. Le chef de mission représentant cette entreprise s’est chargé de leur faire visiter les différentes composantes du complexe dont le programme complet comporte : le stade principal, le centre commercial, les stades annexes A et B, le gymnase, l’hôtel ; la piscine olympique, quatre courts de tennis et des parkings. Munis de leurs casques et gilets de protection, les visiteurs se sont lancés à la découverte de l’édifice qui s’étalait sous leurs yeux. Le premier arrêt s’est effectué au niveau de la pépinière de la pelouse : une grande zone verdoyante, destinée à l’engazonnement des différents stades à savoir : le stade principal, le stade annexe A et le stade annexe B. Un expert ATLAS était présent pour expliquer les spécificités techniques de cette pelouse, ses caractéristiques et sa composition. Les étudiants ont eu l’opportunité de la tester en la touchant, tout en essayant de l’arracher pour juger de sa solidité. Il faut dire que l’entreprise en charge de ce volet a beaucoup d’expérience en Afrique.

La visite s’est poursuivie vers les stades d’entrainement. Au niveau du stade annexe A, la mise en œuvre consistant à mettre les couches préalables à la couche finale qu’est le gazon était en cours. Un tour vers le stade annexe B dévoila un gazon déjà bien implanté et qui sortait de terre. Un saut a été effectué au niveau des gradins, ensuite vers l’entrée des véhicules et l’entrée présidentielle ; puis au niveau des vestiaires. A bout de souffle, avant d’avoir achevé le tour complet du stade, les étudiants avaient déjà achevé leurs bouteilles d’eau et en réclamaient à nouveau. La marche fut en effet longue car il a fallu couvrir tout l’espace que couvre le Complexe, pour pouvoir admirer pleinement la beauté de l’œuvre. Une grande partie de l’ouvrage, qui a pour forme l’animal qu’est le pangolin, était déjà avancée dans les travaux. Les étudiants ne se sont pas privés de poser les questions d’ordre technique et pratique qui leurs venaient à esprit. Ils ont noté que l’aspect architectural avait été prioritisée, et le concepteur PICCINI avait effectivement misé sur des finitions nobles, et sur ce qui se fait de mieux en matière de matériaux. Des matériaux que les étudiants ont pu admirer de près et toucher du doigt. Ce qu’ils ont apprécié dans le choix du matériel, c’est le fait que l’ouvrage en exergue qui est basée au Cameroun, reflète dans sa matérialisation les réalités nationales et valorise les matériaux traditionnels à l’instar du BIBINGA. Tout au long du parcours, étudiants et encadreurs prenaient des photos et des vidéos afin d’immortaliser ces moments rares et uniques qui ne sont pas donnés à tout le monde d’expérimenter. Avec le sentiment d’avoir vécu une expérience extraordinaire, la visite s’est achevée à 18h 30, les laissant rêveurs et plus motivés que jamais à devenir des architectes créatifs ayant la capacité de sortir de terre des édifices spectaculaires, dotés d’originalité et devant contribuer au développement infrastructurel durable du Cameroun et d’ailleurs.

Partager cet article: